I
Bon plan resto - L'avant goût

 

PDF Imprimer Envoyer

Bistronomique !

À deux pas de la Butte-aux-Cailles, Christophe Beaufront, cuistot autodidacte et ancien chef des Bains-Douches, propose une appétissante cuisine du marché qu’il revisite façon haut de gamme grâce à son maniement expert des épices et des assaisonnements. Pas donné, mais honnête sur le rapport qualité/prix.

Voilà près de 15 ans que Christophe Beaufront fait presque salle comble à chaque service. Certes, le restaurant est petit, mais sa réputation grandit
sans cesse. Ce succès, il le doit avant tout à sa spécialité créée dès l’inauguration : un pot-au-feu de cochon aux épices. Le tout Paris en parle. Invité il y a quatre ans à Tokyo par les patrons du Pré Verre, il en a ramené quelques idées pour agrémenter son plat fétiche. Est né alors le remarquable pot-au-feu de cochon « retour de Tokyo », servi en bouillon avec soba - des pâtes au sarrasin -, tempuras de légumes croustillants, gingembre mariné et raifort.

Ajoutez-y le savoureux onglet de veau et le très personnel foie gras de canard à la vanille avec gaspacho de mangue et d’ananas à la mélisse, et vous aurez les « classiques », indéboulonnables de la carte. Mais l’intérêt de l’Avant-Goût réside au moins autant dans l’autre partie du menu, évolutive selon les saisons, l’arrivage et l’humeur du chef, qu’il a créative.

TRAVAIL D’ARTISTE

Son talent se manifeste surtout dans les assaisonnements, les épices et les accom- pagnements. Sculpteur à ses heures, il aime se voir comme un artiste qui distille savamment les saveurs, les textures et les couleurs. Comme dans les entrées du moment, avec par exemple la plaisante piperade, l’étonnante cervelle d’agneau panée et son tartare de câpres et concombre, ou encore cette simple salade pomme de terre et crevette, relevée à merveille par une vinaigrette au café et à l’huile de sésame.

Les viandes et poissons subissent le même sort : Christophe Beaufront prend des classiques qu’il revisite pour les rendre fins et complexes. En témoigne cette queue de bœuf qui s’accommode parfaitement d’une blanquette d’échalotes et d’endives. Ou ce dos de saumon rôti, accompagné de tagliatelles à l’encre de sèche et vinaigrette de soja.

Enfin, les gourmandises surprennent agréablement les yeux comme les papilles : verre de chocolat crémeux légèrement parfumé au café, confit de poivrons et de framboises ; ananas à la coriandre et chocolat jivara ; poire avec ses marrons confits agrémentée de glace au nougat, etc.

À EMPORTER, C’EST POSSIBLE

L’ensemble est agréablement mis en valeur par une astucieuse carte de vins naturels issus de petits producteurs, carte qui ne comprend aucun bordeaux. Volonté du chef qui a pris le parti de faire découvrir à ses clients des choix nouveaux en excluant les vins « avec lesquels on n’a pas de sur- prises ». La sympathique patronne Rufine, qui a de la bouteille dans la gestion de bis- trots, pourra également vous guider dans le choix du verre ou du flacon.

Dans l’ensemble, l’accueil, la présentation et le service, certes un peu long, sont agréables et la décoration sobre et plaisante dans des tons chaleureux. Seul bémol, la petite taille de la pièce provoque une promiscuité et un brouhaha qui peuvent importuner les plus sensibles. À noter tout de même qu’est désormais disponible à l’étage une salle privative tout confort de quinze couverts, idéale pour un anniversaire ou un repas d’entreprise. Autre idée plaisante : juste en face du restaurant, le « cellier » vend une large gamme de vins, mais surtout propose huit spécialités du chef à emporter, sur commande quarante huit heures à l’avance, à prix raisonnable.

L'Avant-Goût

26, rue Bobillot - Réservations au 01.53.80.24.00 - Fermé dimanche et lundi

Formule midi à 14,20€ : soupe, plat du jour, verre de vin, café

Menu soir entrée-plat-dessert à 32€

À la carte : entrées et desserts à partir de 10€, plats à partir de 18,50€

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

///  Rubriques
Inscrivez vous à notre Newsletter
adresse e-mail: