I
Bon plan resto – Le PèRE FéCTO

 

PDF Imprimer Envoyer

 

L’Italie peinarde au bistrot

À deux pas de la place Jeanne d'Arc, ce troquet sert des plats de pâtes copieux à des prix imbattables. Moins de deux ans après son ouverture, jeunes et vieux s'y pressent et confèrent à l'endroit une atmosphère vraiment chaleureuse. À découvrir absolument.

Avant que Didier François ne reprenne l’affaire, ça s’appelait « Le village ». Lui qui habitait le coin depuis quelques années, et avait auparavant écumé les bistrots d'ambiance de tout Paris, se désolait de ne pouvoir en trouver un digne de ce nom dans les alentours un peu mornes de la place Jeanne d’Arc. Ce sera le sien. Un troquet, un vrai, qui transpire la chaleur humaine et la bonne bouffe. Pour le nom, il en voulait un qui évoque cet esprit de quartier. Mais « Le lien » était déjà pris. Alors il a fait primer son amour des motos anciennes, et le Père Fécto est né.

 

 

 

 

 

Un bistrot, donc. Dans un angle de cette petite place coincée derrière les Olympiades, entre des immeubles pas franchement folichons, le Père Fécto détonne. Par l’enseigne, hommage à Jacques Tardi, dessinateur de BD qui réside dans le coin. Par la vitrine aussi, ornée de grands dessins en couleurs des personnages de Corto Maltese et Kebra. D’ailleurs, toute la déco respire la légèreté, depuis l’espace enfants jusqu’au bar, orné d’une large fresque en papier marouflé bigarrée où se côtoient mille personnages de comics. Bref, un îlot de fantaisie très reposant, idéal pour se mettre à l’aise.

 

 

 

Mille et une pâtes

Puis on se met à table. Ici, pas de menu, on travaille à l’ardoise - « seule garantie de fraîcheur ! » -, qui affiche à chaque service cinq ou six plats différents. Bistrot oblige, on y sert un plat du jour « franchouillard », entendez un bon plat de chez mamie : un confit, une lasagne d’aubergine, une flammenküche, un poisson ou des fruits de mer le vendredi. Et puis la salade du jour, préparée « avec ce qu’il y a dans le frigo » mais non moins pantagruélique, manquant de déborder de l’assiette. Par exemple, aujourd’hui c’était jambon de pays, brie de Meaux, tomates, maïs, champignons de Paris frais, melon, lentilles, concombre, accompagnés d’une tartine de caviar d’aubergines et d’un petit pot de rillettes. Fameux.

Le reste de l’ardoise est accaparé par la rotation d’une quinzaine de plats à base de pâtes. Et pour cause : le patron a débauché son cuistot du célèbre restaurant italien Via Curti. Pendant huit ans, le chef y a appris à manier mille sortes de pâtes, à toutes les sauces. Attention, chaque type de pâte a ses sauces spécifiques : une carbonara avec des pennes serait une hérésie ! Au choix on vous servira les basiques mais efficaces spaghettis à l’ail ou les tagliatelles au citron. Ou les plus élaborées tortellinis sauce pistou ou encore les ravioles à l’artichaut. Ne manquez pas le plat vedette : les remarquables linguines sauce à l’ail, huile d’olive, brocolis croquants, tomates séchées, artichauts marinés. Pour les carnivores inconditionnels, on peut faire accompagner ses pâtes d’une tendre escalope panée cuisinée à l’italienne.

 

Un ancien steward aux manettes

Côté desserts, on vous servira une crème brûlée, un tiramisu ou un gâteau au chocolat, tous faits maison, et à petits prix (3€). Mais seuls les plus gourmands s’y attaqueront car tous les plats, malgré leur prix riquiqui (10€ !), sont au bas mot très copieux. D’ailleurs, on peut partir avec les restes pour les finir chez soi, ou même commander à emporter.

En breuvages, on donne dans le pichet simple mais efficace : Corbière, Merlot ou Chardonnay sont à quatre euros le quart, huit le demi. Le patron se démarque surtout sur les boissons du bar, où il fait primer la qualité, sans affecter le prix. À la pression, une O’Connell’s brassée à l’eau de source. En pastis, du Bardouin, du Berger ou du pastis bleu de chez Janot. Et pour 1 ,50€, on vous servira une étonnante gamme de sirops Monin : pain d’épices, lavande, coquelicot, etc.

En fait, tout est possible au Père Fécto, tant il y règne une chaude atmosphère dans laquelle se retrouvent petites familles, étudiants, retraités ou piliers de bistrot - une petite République de gens heureux en somme. La personnalité de Didier François y est pour quelque chose. Cet ancien steward a gardé de son passage chez Air France une agréable affabilité. Il prend le temps de vous détailler son ardoise avec un sourire un brin

séducteur. Et comme on lui donnerait le bon Dieu sans confession, il n'est pas difficile de lui pardonner une certaine langueur dans le service, parfois. Bref, le gaillard saura toujours comment vous mettre à l’aise, en bon patron de bistrot ravi de sa reconversion.

 

À vos calepins

Pour les minots, le Père Fécto organise un tournoi de Pokemon sur Nintendo DS le 22 septembre à 14h

Ouvert à tous, en présence du champion de France

Goûter servi - PAF (modeste) et lots à définir

 

Le Père Fécto

15, rue Jean Colly

Réservations au 01.53.61.07.67

Ouvert le lundi midi, du mardi au vendredi midi et soir et le samedi soir

Plats entre 8 et 10 euros

 


 

 

ÉTUDIANTS DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS AU BISTROT

 

À n'en pas douter, l'arrivée du Père Fécto participe à la cure de rajeunissement en cours dans le 13e. En cette rentrée universitaire, nous le recommandons aux étudiants de Tolbiac et Diderot, puisque le bistrot se situe à mi-chemin des deux facs.

Signalons l'existence de deux autres établissements du même acabit déjà distingués par nos soins :

- L'Âge d'Or, rue du Docteur Magnan près de la fac de Tolbiac, lequel fait presque figure de doyen du genre malgré une poignée d'années d'existence. Certes, les prix sont plus chers - les assiettes sont aussi plus élaborées, les menus révisés chaque jour - et le décor un rien hype, mais la fraîcheur de l'accueil en fait un bistrot parfait pour tromper l'ennui entre deux cours.

- Le Caminito Cabaret, rue du Dessous des Berges, un peu à l'écart des Grands Moulins. Ouvert il y a un an à peine, on y vient pour boire, manger ou voir un concert en sous-sol. Tout indiqué pour échapper aux grandes chaînes sans caractère qui règnent à Paris Rive-Gauche.

 

Publié par Emmanuel Salloum  le 07 Septembre 2012
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

///  Rubriques
Inscrivez vous à notre Newsletter
adresse e-mail: